Sciences et Spiritualité 2.0

Sciences et Spiritualité 2.0

***

Un monde en crise

Il suffit d’écouter les médias, pour se persuader que le monde est en crise. Tous dressent une image négative de notre époque : crise financière et sociale, montée du terrorisme, désastre climatique, perte de la moralité et démotivation généralisée.

Pourtant, et surtout en Europe, nous avons peu à nous plaindre. Nous sommes en période de paix, nous avons des assurances pour protéger nos biens, nos droits, nos santés et nos vies. Comparé à des périodes comme le début du 20ème siècle avec les 2 grandes guerres, la renaissance, ou encore le moyen Age et l’antiquité, où la vie humaine ne valait rien, nous ne pouvons qu’être satisfait de notre situation.

Un monde en crise menaçant

Un monde en crise menaçant

 

Alors pourquoi ce pessimisme et ce ras le bol grandissant ?

Il est vrai que nous avons connu une période assez heureuse au 19ème siècle, représenté par l’apparition du confort avec les technologies modernes. Il y avait peu de guerre, un épanouissement de la créativité, des arts, de la reconnaissance humaine et des valeurs. De plus, nous avons assisté au premier lâché prise vis-à-vis de la religion radicale, avec l’apparition entre autres du spiritisme, des médiums et de la croyance à la réincarnation par la découverte du Bouddhisme.

La question est, qu’est-ce qui est tellement insupportable à notre époque pour provoquer un malaise tel que l’on parle de crise mondiale, jusqu’à aller prophétiser la fin de notre civilisation ou carrément la fin du monde ?

En fait, il existe deux facettes essentielles à notre bien-être, c’est notre confort matériel (autrement dit la science), et la spiritualité (incarné depuis des siècles par les religions), or la science et la religion sont en pleine crise.

 

La remise en cause des religions

Depuis l’arrivée des 3 grandes religions de notre monde, il n’y a jamais eu autant de morts et de massacres perpétués au nom de l’une de ces 3 religions, au nom de leur Dieu.

Les 3 grandes religions du monde

Les 3 grandes religions du monde

Le pire dans tout ça, c’est qu’elles ont une origine commune, et qu’elles parlent à priori du même Dieu. Mais depuis le 1er siècle de notre ère, c’est-à-dire globalement à la naissance du Christianisme, la politique et le pouvoir sont venus s’enraciner dans ces croyances pour dicter son autorité et manipuler le peuple à sa convenance, en adaptant les textes religieux en fonction de leurs intérêts.

Par exemple, nous savons aujourd’hui qu’il existe une bonne cinquantaine d’évangiles qui ont été écrites dans les trois premiers siècles de notre ère. Il faut préciser que ces évangiles racontent par des auteurs différents, leur vision de la rencontre qu’ils ont eu avec le Christ. Le peu qui a été retrouvé reflète des textes et des visions très différentes de Jésus.

Le Christianisme a décidé de n’en reconnaître que 4 évangiles pour constituer le nouveau testament, celles qui correspondaient le mieux à leurs objectifs de domination spirituelle. Tout ça peut paraître normal, dans le sens où il fallait bien faire un choix pour représenter au mieux cette nouvelle religion, et à priori, il n’y a peut-être pas eu semble-t-il de falsification de ces textes. Mais le fanatisme religieux a conduit à faire disparaître toutes les autres évangiles et à assassiner tous ceux qui les défendaient, pendant des siècles, pour que personne ne puisse contredire le caractère sacré et divin de Jésus.

La montée du Christianisme et la domination spirituelle

La montée du Christianisme et la domination spirituelle

Il faut savoir que plusieurs autres évangiles et fragments de manuscrits décrivent Jésus comme un être humain tout à fait normal. Il avait certainement un pouvoir de rassemblement et de sagesse hors du commun, mais en aucun cas le fils de Dieu lui-même. Quelle chute vertigineuse se serait pour le Christianisme si les autres textes étaient connus. Et la remise en cause ne s’arrête pas là, ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres. Mais heureusement, à notre époque, le voile commence à se lever.

Du côté de l’islam, ce n’est guère mieux ! Même si certaines sagesses du Coran ne sont pas à remettre en cause, cette religion a donné naissance aux plus fanatiques assassins qui aient pu exister. Les plus extrémistes cherchent encore aujourd’hui à détruire notre civilisation de liberté et à exécuter tous les peuples qui ne se plieraient pas corps et âme à leur volonté.

La montée de l’Islam et la domination spirituelle

La montée de l’Islam et la domination spirituelle

 

Le Dalaïlama a dit en substance : « sans religion le monde se porterait tellement mieux ».

Il ne faut surtout pas confondre la religion avec la spiritualité. Même si les religions ont d’une façon évidente apportés de bonnes choses à notre civilisation, elles sont à remettre en cause de façon profonde. Il est important de comprendre que la spiritualité est indispensable à notre bien-être et surtout à notre évolution. En ce sens elle est à redécouvrir complètement, car elle a été beaucoup trop longtemps dominée et corrompue par les religions.

Définition de la spiritualité selon Wikipédia :

La notion de spiritualité (du latin ecclésiastique spiritualitas) comporte aujourd’hui des acceptions différentes selon le contexte de son usage. Elle se rattache conventionnellement, en Occident, à la religion dans la perspective de l’être humain en relation avec des êtres supérieurs. Elle se rapporte, d’un point de philosophique, à l’opposition de matière et de l’esprit ou encore de l’intériorité et de l’extériorité.

Elle désigne également la quête de sens, d’espoir ou de libération et les démarches qui s’y rattachent. Elle peut également, et plus récemment, se comprendre comme dissociée de la religion ou de la foi en un Dieu, jusqu’à évoquer une « spiritualité sans religion » ou une « spiritualité sans dieu ».

 

Une science obsolète

L’obsolescence de la science est beaucoup moins visible que celle des religions. En effet, depuis que la religion a perdu un peu de son pouvoir, à partir de la fin du 18ème siècle, une autre forme de domination est venue envahir notre quotidien. Il s’agit des découvertes technologiques, véhiculées par les sciences.

Certes, cette domination est plutôt positive et de bonnes intentions, comme l’était d’ailleurs la religion dans ses premiers pas.

La science pour améliorer nos vies

La science pour améliorer nos vies

La science nous apporte le confort, plus de sécurité et introduit des notions de plaisirs et de loisirs sans précédent. Pour cela, elle est une évolution, comparée aux périodes troubles des temps passés, aussi bien pour notre bienêtre et pour notre évolution intellectuelle.

Mais malheureusement, elle a aussi son côté extrémiste qui peut parfaitement s’apparenter à une sorte de religion.

Pour expliquer ou construire des systèmes, la science a besoin de fragmenter son raisonnement. Cela signifie qu’il est nécessaire de découper en morceaux chaque entité pour maîtriser son fonctionnement, en interdisant toutes possibilités d’interactions entre elle, uniquement par des relations de causes à effets.

Le culte de la matière fragmentée à l’extrême

Le culte de la matière fragmentée à l’extrême

Ce culte de la matière fragmentée à l’extrême, surtout à notre époque, nous a conduit à un matérialisme exagéré. Du coup, les choses n’existent que parce qu’il est possible de les observer. De plus, les relations humaines sont devenues compliquées, ou pire encore, dans certains cas elles ne sont plus indispensables. Et enfin, le hasard est devenu le nouveau dieu quand on ne sait plus expliquer les phénomènes.

La science a tellement fractionné l’univers qui nous entoure, que nos consciences collectives sont convaincues que le hasard est à l’origine de notre existence, puisque les relations entre la matière et le vivant n’existent pas.

Découper en morceaux chaque entité pour maitriser son fonctionnement

Découper en morceaux chaque entité pour maitriser son fonctionnement

 

La science a toujours été très mal adroite pour expliquer la moindre relation émotionnelle ou psychique entre les êtres. On sait très bien que les réactions humaines ont une influence sur les systèmes, mais on ne sait pas comment et dans quelle mesure, donc on préfère supprimer cette influence de l’équation. L’imprévisibilité humaine force les scientifiques à la voir comme un système complexe donc se rapprochant de l’aléatoire. En fait, le Hasard est le « Joker » des scientifiques, celui qui se rapproche le plus de leur conception de Dieu.

(Voir article – Le hasard : le joker des scientifiques ! )

Voilà pourquoi l’espace réservé au bien-être humain et vivant en général, dans les milieux scientifiques, diminuent constamment. Difficile dans ces conditions d’être compatible avec une civilisation où nous avons de plus en plus besoin de travailler ensemble, et surtout faire confiance à notre entourage. Les hommes sont plus souvent seuls face à leurs problèmes quotidiens, qui en général sont provoqués par des mécaniques construites par la science, qui deviennent incompatibles avec les valeurs humaines.

L’espace réservé au bien-être humain et vivant diminue de plus en plus

L’espace réservé au bien-être humain et vivant diminue de plus en plus

De plus, il ne faut pas oublier que l’isolement inquiète, démotive et rend agressif. Certes, les technologies rassemblent toujours plus virtuellement les individus, mais on est encore loin d’un système s’adaptant réellement aux conditions humaines, ce qui contribue rapidement au ras le bol et au mal être généralisé.

Les scientifiques eux-mêmes sont arrivés au bout de leurs constructions mathématique, qui ne peut pas tout expliquer, pire encore, qui contre dit la réalité, au point même de confirmer des phénomènes qui ne sont plus rationnels. La Mécanique Quantique vient mettre en lumière les incohérences, elle contre dit carrément la plupart des fondations de la science.

La science est arrivée au bout de son modèle de fragmentation

La science est arrivée au bout de son modèle de fragmentation

La science est arrivée au bout de son modèle de fragmentation, qui servait au départ à simplifier la complexité qui nous entoure. Mais les êtres humains, dans leur inconscient collectif, crient en silence leur besoin en une nouvelle vision des choses, où l’humain serait l’élément central, une Science 2.0.

 

Le divorce du couple Science/Spiritualité

Dans l’antiquité, la médecine, l’astronomie ou la chimie étaient complètement imbriquées dans des dimensions spirituelles fortes. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, on obtenait des résultats et des connaissances qui pour l’époque, étonnent encore nos scientifiques actuels. Contre toute attente, l’alliance Science/Spiritualité fonctionnait.

Dans l’antiquité, l’alliance Science/Spiritualité fonctionnait

Dans l’antiquité, l’alliance Science/Spiritualité fonctionnait

Malheureusement, les religions se sont emparées de la spiritualité et dans sa démarche de fractionnement, la science a complètement écarté la religion et par la même occasion la spiritualité.

En quelques sorte, la religion est venue bouleverser l’équilibre entre le matérialisme et le spirituel. Elle a commencé à mélanger les notions spirituelles et religieuses, et surtout à écarter tous les aspects matériels s’y rattachant, allant jusqu’à déclarer que les techniques antiques, qui ont fait la gloire de la civilisation Mésopotamienne, égyptienne et grecque, étaient de la sorcellerie, donc l’œuvre du diable.

(Voir article – Prophétie, destin et cycles naturels )

Depuis le début du moyen âge, le Christianisme n’a cessé de creuser cet écart. C’est à cette époque sombre que l’on croyait que la terre était plate et que tout l’univers tournait autour de nous : Une régression totale de notre évolution et de notre conscience par rapport à l’Antiquité.

Pour le Christianisme, les techniques antiques étaient considérées comme de la sorcellerie

Pour le Christianisme, les techniques antiques étaient considérées comme de la sorcellerie

A la fin du 18ème siècle, la religion perdant de son pouvoir, le côté matérialiste en a profité pour se réveiller et la science a fait son apparition prenant le contre-pied total des religions. Mais malheureusement la science a reproduit la même erreur, celle de vouloir absolument écraser sa rivale inverse, en l’occurrence ici la religion et avec elle la spiritualité.

Encore une fois, il ne faut pas mélanger la spiritualité avec la religion. La religion est à revoir, mais la spiritualité est à redécouvrir, sans le voile de la religion.

J’irais jusqu’à dire que la spiritualité est un lien essentiel que la science a volontairement écarté, et qui provoquera l’effondrement de notre matérialisme, si elle ne prend pas une place centrale dans notre fonctionnement actuel de la science (comme elle l’était auparavant).

Nous sommes arrivés à une étape importante de notre évolution, qui a provoqué le divorce entre les technologies et la spiritualité, et qui ne demande qu’une chose, à se remarier dans de meilleures conditions.

 

Vers une nouvelle conscience plus large

En effet, l’évolution de notre conscience bute sur un problème, celui de sortir d’un modèle d’individualisation pour aller vers une approche collective. Nous irons de toutes manières vers l’acceptation d’une approche collective, que nous le voulions ou non, car c’est un processus complètement naturel.

Sortir d’un modèle d’individualisation pour aller vers une approche collective

Sortir d’un modèle d’individualisation pour aller vers une approche collective

Dans les entreprises déjà, on ne peut plus construire de projets sans y intégrer des démarches collectives, elles sont indispensables au bon déroulement de l’organisation.

Ceux qui essaient de les contourner, construisent des projets qui ne correspondent pas aux besoins, et qui nuisent carrément à l’activité et à la vie de l’entreprise.

Le collectif oui, mais connecté de façon humaine. Le collectif virtuel numérique apporte des avantages évidents à l’organisation des relations, mais il ne doit pas être exclusif, et surtout, il n’est pas suffisant. Il manque la dimension humaine qui est indispensable à notre évolution et que la science a souvent écarté pour simplifier les choses. Mais la réalité est un système complexe.

Connexion de l’humain avec la nature

Connexion de l’humain avec la nature

(Voir article – Au-delà du monde physique )

Pourquoi la dimension humaine ? Car elle apportera la confiance, la motivation et l’intention qui d’une façon collective crée des perspectives extraordinaires. Les valeurs apportent également l’intuition, l’assurance, la détermination, et ce que les Chinois appellent le Qi (l’énergie subtile dirigée) ou le Feng shui, que la science est incapable de comprendre.

(Voir article – Feng Shui : Une connaissance oubliée )

Tout est énergie

Tout est énergie

L’élargissement de notre conscience doit prendre en compte tout ce qui se trouve entre les choses, dans les espaces vides, tout ce qui relie l’ensemble de l’univers à quelque chose de cohérent, tout ce qui peut orienter les événements de notre vie, sans s’en remettre au hasard impuissant. Le hasard devient dans ce cas un phénomène de synchronicité, c’est-à-dire une combinaison de petites choses improbables, qui finissent par se réaliser d’une façon très adaptée à notre vie.

(Voir article – Les Synchronicités – Hasard ou intervention divine ?)

L’objective de cette évolution est de prendre conscience que les éléments qui composent l’ensemble de notre monde matériel sont beaucoup moins importants que toutes les choses qui les relient ensemble.

Les pouvoirs incroyables de la synchronicité sur la maîtrise de notre destin

Les pouvoirs incroyables de la synchronicité sur la maîtrise de notre destin

A titre d’exemple, les scientifiques ont déjà observé que l’énergie du vide de l’univers est considérablement plus importante que l’énergie présente dans la matière.

 

La réconciliation de la Science et de la Spiritualité grâce à la Mécanique Quantique

Aujourd’hui, la mécanique Quantique prouve aux scientifiques que notre modèle actuel n’est pas la bonne approche, il est une fausse vision de la réalité. En fait, la Mécanique Quantique nous montre que tout est lié dans l’univers par un lien subtile qui n’est pas soumis à l’espace et au temps, une sorte d’éther. Albert Einstein en parlait déjà avant même d’avoir inventé sa fameuse formule.

Cela ne ressemble-t-il pas à ce que les anciens nous racontaient dans leurs littératures mythologiques et dans leurs croyances ?

Le monde Akashique ressemble à ce que décrit la Mécanique Quantique

Le monde Akashique ressemble à ce que décrit la Mécanique Quantique

(Voir article – Tout n’est qu’énergie et vibrations ! )

Les Indous nous parlent depuis longtemps de leur monde Akashique qui ressemble à ce que décrit la Mécanique Quantique actuelle :

Définition selon Wikipédia :

Les Annales akashiques, également appelées Archives akashiques, Chroniques akashiques ou encore Mémoire akashique sont un concept ésotérique créé par les théosophes à la fin du XIXe siècle, à partir d’éléments de la philosophie indienne et popularisé en Occident…

C’est une sorte de mémoire cosmique, de nature éthérique, qui, telle une pellicule sensible, enregistre les événements du monde.

« Espace symbolique d’éther, situé macroscopiquement dans l’empyrée [hautes sphères] et microcosmiquement dans le ventricule gauche du cœur, espace où s’inscrivent toutes les paroles, actions, pensées de l’homme, tous les êtres et événements du monde. Cet espace, ce miroir magique est lu des initiés »

De plus, les relations de causalité auxquelles nous sommes habituées sont entièrement à revoir. En effet, jusqu’ici, la science n’a pris en compte dans ses équations qu’une partie infime de la réalité, ne correspondant qu’à la surface matérielle des choses.

Le hasard est le « Joker des Scientifiques »

Le hasard est le « Joker des Scientifiques »

Mieux encore, ce que nous nommons le hasard, comme « Joker » de ce que nous ne comprenons pas, pourrait en fait faire partie d’une vaste mécanique s’enracinant et initié dans nos consciences, provoquant des effets dans l’espace-temps, qui nous reviennent comme un boomerang sous forme de synchronicités.

En effet, ceci est un aspect majeur des choses, qui pourrait faire basculer totalement notre prise de conscience sur notre capacité à maitriser notre avenir.

Nos consciences seraient capables de déposer des informations dans l’espace-temps, afin de préparer et tracer les chemins de notre futur, mais aussi en nous informant sur les directions à prendre et les pièges à éviter.

Déposer des informations dans l’espace/Temps pour obtenir des réponses

Déposer des informations dans l’espace/Temps pour obtenir des réponses

Pour éduquer nos consciences dans ce sens, il semblerait qu’un certain nombre de conditions mentales soient indispensables, comme l’attention (ou la concentration et l’observation), l’intention (ou la volonté et la détermination), l’éthique (ou la compassion envers les êtres vivants et la nature), et enfin la croyance en nous-même ou en notre choix (ou la confiance en soi).

Toutes ces attitudes qui nous semblent peu indispensables à notre quotidien, sont en fait essentielles à la maîtrise de notre destin et à l’évolution de notre nouvelle conscience collective.

Une chose est sûre ; la Mécanique Quantique nous oblige à nous réconcilier avec nos ancêtres et surtout avec notre spiritualité, sans pour autant être obligés de croire à un dieu, mais sans obligation non plus de ne pas croire à une divinité.

La réconciliation de la Science et de la Spiritualité

La réconciliation de la Science et de la Spiritualité

En ce sens, la science et la spiritualité ont tout intérêt à se rapprocher (de nouveau), pour ouvrir de nouvelles perspectives afin de maîtriser nos incertaines destinées.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s