Articles tagués “Esprit

Le fantastique pouvoir de l’intuition

Le fantastique pouvoir de l'intuition - Olivier Fargin
***
(suite…)

Publicités

Déformation du temps

 « Le temps est un concept développé par l’être humain pour appréhender le changement dans le monde. »

Cette définition, qui vient du site Wikipédia, suggère que le temps est une pure construction virtuelle de l’esprit humain. Dans ce contexte, il est légitime de se poser la question quand à sa réelle existence, tout du moins, sa réelle représentation dans la nature. Pour tout le monde, le temps se déploie sur une ligne droite, dans le sens Passé, Présent et Futur. L’unité de référence du temps conventionnel est la seconde.

Au cours des époques, la mesure de référence de la seconde a changé, s’approchant vers des notions de plus en plus abstraites, pour toujours plus de précision. Dans certaines anciennes civilisations, la seconde était, entre autre, une partie de la journée correspondant au rythme de battement du cœur humain.

Le temps est une pure construction mentale

Aujourd’hui, difficile de comprendre à quoi correspond ce segment de temps, qui est devenu une notion purement mathématique ou plutôt physique, et en tout cas, beaucoup moins poétique qu’avant :

« La seconde est la durée de 9 192 631 770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental 6S½ de l’atome de césium 133 ».

A force de courir après la précision, la rigueur et la stabilité absolue, on a fortement l’impression d’avoir perdu quelques notions essentielles en cours de route.

En effet, par analogie et pour illustrer le propos, il est intéressant de constater que le rythme d’un battement de cœur est relatif, et peu dépendre de l’individu, de ses émotions, et d’une façon plus générale à la vie qui l’entoure. De même que s’il existait de petit individus et des géants, leur cœur ne bâterait pas à la même vitesse. Ce n’est bien sûr pas le cas des fréquences de radiation de l’atome de césium 133, qui imperturbables, détachées de toute vie et de tout environnement, auront toujours la même vitesse de battement. Enfin, c’est ce que la science voudrait nous faire croire, en nous obligeant (consciemment ou pas) à raisonner dans un schéma linéaire, stérile, mais tellement plus pratique à manipuler et à maitriser.

Malheureusement, la nature est tout sauf linéaire et est en aucun cas maîtrisable par nos formules mathématiques actuelles. En fait, il semblerait que le temps mathématique conventionnel n’a aucune réelle existence dans la nature, c’est une pure vue de l’esprit, un simple outil créé par l’homme.

Le temps conventionnel fixe une référence arbitraire

Dans la nature, le temps est variable. Les dernières recherches dans le domaine de la mécanique quantique ont provoqué une véritable onde de choc chez les scientifiques, car les nouvelles théories sont purement et simplement en contradiction avec la physique conventionnelle, celle qui a construit notre monde moderne. Le temps n’y est plus linéaire, il peut s’inverser ou même disparaitre. Ce pourrait être une remise en question de l’application de la loi de cause à effet, très utilisée en science.

La mécanique quantique remet en cause les lois de la causalité

Mais n’allons pas aussi loin, et essayons de répondre à une question toute simple d’apparence : « Vivons nous dans le présent, le passé ou le futur ? ». Tout le monde répondrait « dans le Présent », mais il n’y a pas plus insaisissable que le Présent. Au moment où on croit l’avoir saisi, il fait déjà parti du Passé, et pour pouvoir l’attraper, nous devons nécessairement nous positionner dans le Futur, afin d’anticiper son arrivée. On pourrait dire que notre corps vit dans le présent, mais notre esprit, c’est une autre histoire.

Faire l’expérience mentale du Présent, demande une grande concentration, une rigueur d’esprit pour faire abstraction du passé et du futur. C’est exactement l’inverse que notre société moderne nous habitue, ce qui a pour conséquence de nous éloigner de plus en plus du moment Présent, point de focalisation de notre être, et de faire croitre assurément tout nos problèmes individuels.

Nous vivons donc trop dans le passé et le futur, et presque jamais dans le présent.

L’instantanéité du moment présent

Le temps n’est pas linéaire, et c’est même Einstein et sa relativité générale qui le dit ; La gravitation n’est pas une force, mais une manifestation de la courbure du temps. La gravitation est proportionnelle au niveau d’énergie environnant la matière. En d’autres termes, l’énergie de la matière déforme l’aspect linéaire du temps. Prenez un vaisseau spatial, faite le tour du soleil, et en revenant à votre point de départ, vous aurez vieilli moins vite que vos proches restés sur terre. D’ailleurs, tous nos satellites géostationnaires sont régulièrement corrigés pour être recalés sur notre horloge de référence terrestre. Ceci sous-entend que le temps se déroule différemment selon l’espace temps où on se trouve, selon la densité des champs d’énergie à un point particulier de l’espace.

A ce niveau, on s’éloigne de plus en plus du temps conventionnel qui n’est finalement valable qu’à la surface de la terre. On devrait même tenir compte de l’altitude où nous vivons, qui est infime mais bien réelle. On se dirige vers la description d’un temps plus relatif.

La cohabitation d’espaces temps différents, combat énergétique entre la soleil et la terre

Si on accepte que le temps se déroule différemment en fonction de l’espace temps environnant, on peut également admettre que c’est le cas en fonction de l’échelle d’un système observé. Le temps est plus rapide plus on va vers l’infiniment petit, et inversement. L’échelle d’activité d’un système peut être facilement comparée à un espace temps particulier. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer l’activité d’une galaxie, d’un système stellaire, d’une planète, d’un pays, d’un être vivant, d’un atome et même d’une particule subatomique. Du coup, il pourait exister dans l’univers et sur terre, une infinité d’espaces temps imbriqués et emboités les uns dans les autres, qui conditionnent une infinité de variations de déroulement du temps.

Représentation populaire de quelqu’un passant la tête pour observer un autre espace temps

Difficile à imaginer, mais nous en faisons l’expérience tous les jours sans nous en rendre compte.

En effet, tout le monde est conscient que le temps passe plus vite quand notre esprit est occupé et ne s’ennuie pas, et inversement, quand nous n’avons rien à faire ou attendons quelque chose, le temps est interminable. Cela vient du fait que l’espace temps en action à ce moment là, n’est plus notre corps, mais notre esprit ou notre conscience (voir notre inconscience), qui fonctionne à une autre échelle, et donc sur une autre référence temporelle. Tout le monde affirmera que c’est une simple illusion, mais pourquoi ne pourrions nous pas admettre que l’esprit déforme réellement le temps ?

Quand nous dormons, les notions de temps sont complètement bouleversées, et les rêves se déroulent totalement en dehors de notre temps conventionnel.

Le rêve, un voyage dans un autre espace temps

Lors d’un voyage dans le monde des esprits, les chamanes racontent souvent qu’ils subissent des décalages temporels par rapport au temps conventionnel, plusieurs jours pour plusieurs heures, ou inversement.

(Voir article : Témoignages surnaturels)

Les maîtres bouddhistes affirment que la méditation permet d’explorer de nouveaux mondes dans d’autres espaces temps. Un instant de méditation est une concentration ou une compression d’instants conscients présents.

La méditation est une concentration ou une compression d’instants conscients présents

Et si les rêves et la méditation déformaient le temps ?

Et si la conscience agissait sur le temps ?

Après tout, la conscience est une forme d’énergie avec ses propres lois gravitationnelles, dans son propre espace temps.

(Voir article : Champs de synchronicité)


Témoignages surnaturels

Le chamanisme est certainement à l’origine de la spiritualité et peut être même des religions, tout du moins, son rôle a probablement été capital. En effet, il est intéressant de constater que cette pratique a existé à l’origine de notre humanité, dans des cavernes préhistoriques, et qu’elle existe encore de nos jours, dans des tributs qui ont gardé d’anciennes traditions, partout dans le monde.

Le chamanisme, une pratique universelle

(Voir article : La magie, la religion et l’art préhistorique )

(Voir article : L’autre science )

Les informations qui suivent viennent d’un livre écrit par Graham Hancock, « Surnaturel », que j’apprécie beaucoup, par le travail minutieux des enquêtes, et par la précaution utilisée afin que le lecteur forge librement sa propre opinion.

Selon beaucoup de témoignages de chamanes, on retrouve des points communs à toutes ces pratiques, qui sont maintenant mieux connues.

Dans un premier temps, l’objectif est d’entrer en transe, par plusieurs moyens possibles ; des plantes ou des champignons hallucinogènes, des postures ou des danses particulières.

En deuxième phase, l’entrée en transe provoque chez le chamane, des visions de figures géométriques, des serpentins lumineux qui bougent et se transforment très souvent en serpents.

En troisième phase, le sujet subit des agressions très violentes du corps, comme si celui-ci devait se disloquer et se déchirer, ou être transpercé par des flèches, pour entrer dans le monde des esprits.

En quatrième phase, le chamane rencontre dans des lieux magiques, des êtres divins, mi-hommes et mi-animaux ou thérianthropes, qui lui communiquent des connaissances inimaginables de guérison, que n’expliquent pas nos scientifiques.

La dernière phase est le retour du chamane dans le monde physique. Les sujets constatent souvent des décalages temporels par rapport au temps conventionnel, plusieurs jours pour plusieurs heures, ou inversement.

Danse d’un chamane, afin d’atteindre un état modifié de conscience

Il est important de bien faire la distinction entre Spiritualité et Religion. La religion est une organisation qui impose ses idées et ses règles. La
Spiritualité est présente à l’intérieur de chacun, elle est libre et constitue une expérience transcendantale personnelle. D’ailleurs, les tributs qui ont conservé les pratiques Chamaniques, sont celles qui n’ont pas subit l’influence des grandes religions du monde.

Mais, derrière chaque grande religion, se cachent toujours des pratiques mystérieuses qui ressemblent étonnamment à des rituels chamaniques.

La spiritualité et la région sont deux choses différentes

Faisons un petit tour dans les origines de la chrétienté. La crucifixion du Christ est un parfait exemple de la Phase 3 du voyage chamanique, à savoir la souffrance physique du corps, transpercé de part en part. Le Christ acquière une stature mi-homme et mi-dieu, ainsi que les connaissances divines et des dons de guérison, correspondant à la phase 4. Sa résurrection fait bien sûr penser à son retour du monde des morts, soit à la phase 5. Les primitifs Chrétiens étaient des Gnostiques, et leurs pratiques étaient très proches du chamanisme. Jésus était-il un chaman ?

Visions surnaturelles

Jeanne d’Arc, quand à elle, communiquait avec des êtres surnaturels, ce qui permit de sauver le roi de France et son pays par la même occasion. L’église l’a brulée pour ses pouvoirs chamaniques à Rouen en 1431. A la fin du moyen âge, 500 ans plus tard, l’Eglise catholique décida finalement de la canoniser, car ils pensaient que les petits démons avec lesquels elle communiquait, étaient en fait des anges. D’après l’inquisition, qui l’accusait de sorcellerie, les premières questions (qui ont été écrites) étaient de savoir si elle avait eu « une connaissance quelconque de ceux qui sont allés au Sabbat avec les fées », ou si elle n’avait pas assisté « aux assemblées tenues à la fontaine des fées, près de Domrémy, village autour duquel dansent des esprits malins ».

La sorcellerie, pourchassée par l’inquisition

Voici le texte d’un ethnobotaniste américain (Jonathan Ott), qui propose que le père noël serait tiré d’un mythe des tributs Sibériennes gardiennes de rennes :

«L’habitation d’hiver, ou yourte, possédait un trou pour la fumée au plafond, supportée par un poteau en bouleau. Lors des festivals du solstice d’hiver, le chaman entrait dans la yourte par le trou, procédait à ses cérémonies, grimpait au poteau en bouleau et partait. Le Père Noël est vêtu de rouge et de blanc, les couleurs de l’amanite tue-mouche. Il entre et sort par la cheminée, et il possède des rennes. Il faut également noter que le Père Noël vole, un talent qu’il partage avec le chaman »

Près d’Athènes, il existait dans l’antiquité, un lieu où se pratiquaientt des rites mystérieux. Il s’agit de Saint Eleusis. Pendant plus de 2000 ans, des milliers de personnes y venaient pour avoir des visions du monde des dieux. Il se trouve, qu’avant la cérémonie, le visiteur devait boire « une potion spéciale, le Kykéon, qui était une partie essentielle du Mystère ». Difficile de ne pas penser aux plantes ou champignons hallucinogènes, qui permettent au chaman d’entrer en transe.

Temple Saint Eleusis, à 30 km d’Athènes, haut lieu de mystère

Le livre des morts regorge de rites utilisant des potions, ou des plantes hallucinogènes. De plus, la mythologie Egyptienne est peut être la plus représentative des dieux mi-hommes, mi-animaux. Le panthéon Egyptien est composé d’une multitude de thérianthropes que les chamans rencontrent.

En poussant plus loin les enquêtes, Graham Hancock a retrouvé à travers des témoignages du moyen âge, d’autres scénarios très proches du voyage chamanique, dans certaines légendes celtiques animées par des fées, farfadets, gnomes et autres créatures féériques qui peuplent nos contes d’enfants.

Fées, farfadets, gnomes et autres créatures féériques

La fée médiévale Mélusine était une enleveuse d’enfants. Il s’agissait d’un thérianthrope avec la partie supérieure du corps d’une femme et la partie inférieure du corps d’un serpent. Il existe beaucoup d’autres représentations de fées partiellement transformées en animal. Mais l’important ici, c’est l’enlèvement. En effet, les disparitions d’enfants ou d’adultes ne sont pas un cas isolé, et sont même très fréquents.

Fée mélusine, thérianthrope mi-femme et mi-serpent

En Angleterre, des récits parlent de jeune homme séduit, et puis enlevé par la reine des fées. Celui-ci passa 7 ans à la servir dans le pays des fées. On pensait jadis que les fées séduisaient les hommes et les femmes pour créer une progéniture hybride. Il est intéressant de noter que beaucoup de chamans avaientt une femme-esprit, qu’ils rejoignaient lors de leur voyage chamanique, avec laquelle ils entretenaient des relations sexuelles. Tout cela ressemble également aux récits des marins qui étaient attirés, et fréquemment enlevés par des sirènes.

La fascination pour les fées

Voici quelques témoignages venant d’Irlande, tirées du livre de Graham Hancock :

« Elles se déplaçaient en rond main dans la main dans un anneau, aucun bruit ne parvenait d’elles. Elles semblaient légères et comme des ombres… ».

« Une petite bonne femme tout habillée de rouge se détacha du groupe et courut vers nous, et elle frappa mon cousin au visage avec ce qui semblait être un jonc vert… ».

« Leurs mains étaient jointes, et tous se tenaient les uns les autres, tandis qu’ils dansaient joyeusement dans un cercle parfait. Nous nous tenions là à les regarder, lorsqu’en un instant tous disparurent à notre vue… ».

« Par un anneau ou cercle de feu, et à l’intérieur de ce cerceau se tenaient un homme et une femme de petite taille, joliment vêtus. Avec un bras ils s’étreignirent, avec l’autre ils s’emparèrent du cerceau, et leurs pieds reposèrent sur la surface concave de l’anneau. Lorsque le cerceau atteignit le sol, ces deux êtres en sortirent d’un bond, et se mirent immédiatement à faire un cercle sur le sol. Dès que cela eut été fait, un grand nombre d’hommes et de femmes apparurent instantanément et sur la plus douce des musiques qui ne puissent jamais être entendues commencèrent à danser en rond et en rond dans cercle. »

Le cercle des fées ou ronds de sorcières

 

Dans ces témoignages, on remarque que les fées aiment danser en cercle, et qu’il ne faut surtout pas les déranger. Cela rappelle les ronds de sorcières, qui sont très souvent représentés par des ronds de champignons. D’ailleurs, les fées sont souvent représentées assises sur un gros champignon (une amanite tue-mouche en général).

Les fées sont souvent représentées assises sur un gros champignon hallucinogène

La danse en cercle nous rapproche de nouveau vers les pratiques d’entrées en transe des chamans. Connaissez-vous
les Derviches Tourneurs d’Istanbul ? Ils tournent sur eux-mêmes pour communiquer avec le monde divin, en état de transe.

Ces cercles semblent avoir un lien également avec des portes allant vers d’autres mondes, qui provoquent des décalages temporels importants.

Cercle de lumière ou portes allant vers d’autres mondes ?

«… combien de temps cela fait-il depuis qu’on s’est perdus ? demanda l’autre homme. Eh bien, laisse-moi réfléchir. … cela fait donc quinze ans. Lui qui pensait qu’il n’était resté en compagnie des fées que durant quelques heures. »

Des fées aux saintes dames blanches chrétiennes, il n’y a qu’un pas.

Plusieurs comptes rendus des visions de Bernadette Soubirous en 1858, rapportent qu’en pénétrant dans la grotte, elle entrait rapidement en transe. Elle
était, à priori, une candidate idéale pour modifier instantanément son état de conscience, ce que peuvent faire 2% de la population, à en croire certaines études. Elle vit une dame, jeune et belle ressemblant à une fée, dans un nuage de couleur dorée. Beaucoup plus tard, cette vision fut attribuée à la Vierge Marie.

Les époques et mœurs évoluent, et aujourd’hui les fées et saintes catholiques sont passées de mode, elles ont laissé la place aux OVNIS et aux Extraterrestres.

En effet, les témoignages d’enlèvements par les extraterrestres sont fort troublants quand on les rapproche des récits chamaniques, que nous venons de voir.

Encore des cercles de lumière

Enlèvement par des êtres fluides et attirants.

Des visions colorées géométriques, ressemblant à des vaisseaux de lumière.

Des expériences chirurgicales douloureuses, liées à beaucoup de souffrance.

Des rapports sexuels pour assurer une progéniture.

La présence d’êtres surnaturels, avec des gros yeux d’animaux.

Un transfert de connaissance, donné par les Extraterrestres.

Un retour sur terre par un portail circulaire, provocant des décalages temporels importants.

Mais à quoi avons-nous affaire, au juste ?

A une tradition ancestrale perverse, qui vise à altérer la conscience, dans le but de nous faire passer pour des drogués ou des dingues, afin de permettre d’invoquer plus facilement les manifestations divines ou diaboliques ?

Des hallucinations collectives universelles, inscrites dans les gènes humains ?

L’existence d’un royaume divin ?

L’existence bien réelle d’une communauté d’êtres féériques, vivant dans une autre dimension ?

La réelle présence d’Extraterrestres sur notre planète, ou très proche d’elle ?

L’accès à la conscience universelle ?

Les Extraterrestres sont-ils parmi nous ?

Une chose est sûre, on ne peut pas nier que tous ces récits, depuis la nuit des temps, viennent du même phénomène. De plus, il s’agit certainement beaucoup plus que des hallucinations provoquées par nos instabilités personnelles, comme le ferait une drogue, étant donnée que les récits sont tous beaucoup trop cohérents et identiques, quelques soient les cultures et les époques.

Il ne faut pas oublier non plus les connaissances acquises au cours de ces voyages surnaturels, qui ne peuvent pas être le fruit du hasard.

Pour finir, la CIA ne se serait peut être pas lancée dans un projet « STARGATE » depuis les années 1950, s’il ne s’agissait uniquement que d’un phénomène d’hallucination. Les enjeux sont, semble-t-il, beaucoup plus importants.

(Voir article : la porte des étoiles )

S’ouvriront peut être un jour à nous, les portes d’un nouveau monde, accessibles par notre esprit.

Quel est finalement le véritable langage universel, si ce n’est pas celui de l’esprit !

Porte d’un nouveau monde, accessible par notre esprit