Santé & bien-être

Énergies libres, monde libre

Energie Libre, Monde Libre - Olivier Fargin***

(suite…)

Publicités

Je veux que les fées existent, j’y crois, j’y crois…

Je veux que les fées existent, j'y crois - Olivier Fargin
***
(suite…)


Le fantastique pouvoir de l’intuition

Le fantastique pouvoir de l'intuition - Olivier Fargin
***
(suite…)


Les échos de notre réalité

Les échos de notre réalité - Olivier Fargin
***
(suite…)


Le Mythe de Gaïa

Le mythe de Gaïa - Olivier Fargin
***
(suite…)


Pierre Feu Or et Eternité

La Pierre philosophe est certainement la Pierre magique la plus connue et la plus recherchée dans notre histoire, et surtout à partir du moyen âge.

Pierre philosophale, symboliquement rouge

3 pouvoirs principaux lui sont associés; elle permet de changer les métaux vils en argent ou en or, de guérir les maladies et de prolonger la vie humaine au-delà de ses bornes naturelles.

Mais sa description physique reste néanmoins très flou, et a changée au cours des siècles.

Au moyen âge, c’était une substance liquide, d’origine Arabe, appelé « Élixir » (al-iksîr), qui permet la transmutation des métaux en or ; mais cette substance est parfois appelée « la Pierre » (al-hajar).

Elixir, dOr liquide ?

Du coup, elle est devenue très rapidement, la Pierre des philosophes, soit la Pierre philosophale, hors, ce n’est pas une Pierre.

Alors pourquoi cet élixir était-il appelé « Pierre », et même parfois Pierre de Feu ?

La notion de « feu » vient certainement des opérations Alchimique nécessaires pour la produire, mais pour la pierre, il faut remonter bien plus loin dans le temps,  en Égypte, au cours de la XVIII dynastie et probablement bien avant.

Pierre rouge ou pierre de feu

Effectivement, dans le livre des morts Egyptien, on parle d’une étrange matière, associée à la guérison et même à la vie éternelle, ainsi qu’au monde de l’au-delà.

Les incantations qui l’accompagnent, pratiquées uniquement par les Grands prêtres, sont toujours des opérations sur l’esprit et des manipulations Alchimiques faisant allusion au feu. Il faut préciser que cette substance est produite à partir de l’Or et qu’il existe très souvent une association à une mystérieuse matière minérale cristallisée, ayant des propriétés magiques et ressemblant à de la poudre blanche (Appelé aussi Ormus au moyen âge). Sur les stèles, elle est représentée en offrande à Anubis (Prince du monde des morts), ou aux pharaons, sous forme d’un pain triangulaire (symbole du feu), pour leur assurer une longue vie quasi éternelle.

Offrande du pain dOr, ou pierre de feu à Anubis (Prince du monde des morts)

(Voir article : Le Mont Horeb du Sinaï)

Le lien avec la Pierre philosophale semble plus claire : Guérison, vie éternelle, pouvoirs magiques, Alchimie, Pierre (ou poudre blanche), Feu, Or, Grands Prêtres (ou Philosophes).

Goutte dOr liquide

La plus grande différence est que la Pierre philosophale sublime le métal pour produire de l’Or, alors que le Mfkzt est sublimé à partir de l’Or.

Il y aura-t-il eu un petit problème d’interprétation ou de traduction ?

Grande Fraternité Blanche dHéliopolis

Les grands prêtres de l’antiquité, on toujours été les gardiens du savoir et des magies, ou des pouvoirs divins. En Egypte, les grands prêtes d’Héliopolis étaient les plus reconnus et puissants, on les appelait également, la Grande Fraternité Blanche, et son nom provenait de son intérêt pour une mystérieuse poudre blanche.

Mouvements et changements de lOr


Feng Shui : Une connaissance oubliée

En chine, certaines philosophies ancestrales ont été conservées et sont encore utilisées à notre époque, dans leur vie moderne et même dans leur milieu professionnel. Pour beaucoup, ces techniques flirtent avec l’ésotérisme ou les remèdes de grand-mère. La plus part du temps l’origine de ces traditions est très ancienne, mais inconnue. Elles se sont transmises de générations en générations depuis la nuit des temps. Ce qui est dommage, c’est que ce sont seulement les instructions d’utilisation qui ont traversé les ages (avec toutes les transformations que l’on peut imaginer), mais pas le pourquoi et le comment çà marche. Et c’est pour cela que la science les rejètent, en plus du fait que les scientifiques n’admettent pas que nos lointains ancêtres pourraient nous apprendre des choses.

C’est le cas pour le i-ching ou le Feng shui.

L'art du Feng-shui

Le Feng shui commence à être connu, ou plutôt commence à être redécouvert.

Le but du Feng shui est d’harmoniser l’énergie environnementale d’un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants

 

Le principe de cette philosophie est basé sur le fait que toutes les formes vivantes ou non, émettent des ondes ou énergies, qui nous influencent dans notre vie quotidienne.

Par exemple, l’angle aigu que forme un objet, propage au-delà de sa forme elle-même, une onde aigu, qui peut-être perçut inconsciemment par les énergies subtiles du corps humain, et pouvant du coup, faire apparaître des sentiments de gênes.

Tout tourne autour de la maîtrise de ces courants, et des vibrations synchrones ou asynchrones, qu’elles provoquent avec son environnement. On peut donc organiser, en théorie, ses propres lieux de vie, de telle façon que les vibrations soient harmonieuses.

 

Tout ceci peut être rapproché d’une autre philosophie, celle des Celtiques. La seule différences est qu’ils pensaient maîtriser les énergies de la nature et de la terre ; les courants telluriques.

Eux-mêmes l’ont appris de leurs ancêtres, les bâtisseurs des fameux sites mégalithiques, avec leurs menhirs et leurs dolmens.

Curieusement, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, on retrouve des sites mégalithiques partout dans le monde, et notamment en chine, sur l’île de Taiwan, les spécialistes officiels du Feng shui de notre époque.

Les égyptiens et les mayas orientaient également leurs temples en fonctions des courants naturels ; ceux du cosmos.

 

Une chose est sur, les anciennes civilisations du monde entier avaient l’air de maîtriser une technique que nous avons presque totalement oubliée.

 

Et si tout était baigné dans un océan d’énergies subtiles interconnecté, venant de l’espace, de la terre, de chaque être vivant, des édifices, des objets, et du cœur de la matière, dans les profondeurs subatomiques.

Les chinois appellent cela le Qi (Voir article : Quand la science rejoint le paranormal !)


Malchance ou providence ?

Chacun de nous vit son quotidien sans se demander, comment serait notre vie si toute notre stabilité construite depuis des années, s’écroulait subitement. Pourtant, çà arrive plusieurs fois dans notre vie, que çà soit la perte de quelqu’un, la perte de son travail ou d’un divorce, un jour notre stabilité peu vaciller et nous plonger dans le cauchemar le plus sombre et, dans tous les cas, dans l’inconnu le plus absolu. A partir de cet instant, tout notre être est en alerte, complètement désorienté, en proies à des réactions absolument inattendues.

Tous nos points de repères s’effondrent, tous ce qui était évident hier, devient incertain aujourd’hui et demain.

 

Bien sûr les sentiments sont différents selon les cas. Mais le point commun est que l’on perd quelque chose qui nous est chère et qui a été le fondement de notre raison de vivre. Ces moments sont toujours vécus difficilement, par la tristesse, la peur, la colère et le sentiment de malchance profonde.

 

Mais avec le recul des années, on mesure beaucoup mieux l’impact de ces situations sur notre évolution personnelle et environnante.

 

Curieusement, tout çà n’est pas forcément négatif. Ces situations nous donnent à réfléchir, à nous poser des questions essentielles qui ne nous seraient jamais venues à l’esprit dans une situation « normale ». Elles nous font découvrir des choses extraordinaires et merveilleuses, et surtout, elles sont des accélérateurs d’évolution de notre personnalité et de notre âme.

 

Tout ce passe comme si la nature nous mettait dans ces situations pour nous montrer vers quoi nous devons aller, pas par méchanceté, mais pour notre bien à tous et par amour de la vie.

 

Je ne crois pas au bien ou au mal, je crois au subtil équilibre de l’univers, si fragile à entretenir et si délicat à comprendre, mais si merveilleux à vivre.

Je ne crois pas au hasard, je crois en la nécessiter qu’a la vie de choisir un chemin dans le but d’évoluer.

Je ne crois en aucune religion, mais à toutes en même temps.

 

Les anges et les fées veillent sur nous tous, sans exception. Ils nous parlent par l’intermédiaire des évènements de notre existence.

A nous de les écouter pour comprendre nos erreurs sans amertume.

A nous de vivre ces moments avec le plus d’humilité possible.

A nous d’accompagner positivement ces évènements vers des jours meilleurs.

A nous d’y croire.