Archives de juin, 2010

Le rêve du petit chat

Encore tout englué de sommeil, les yeux pleins de poussières de fée, le petit chat se réveil doucement. Ses moustaches frissonnent d’émotion, son petit cœur bat la chamade en se rappelant son merveilleux rêve. Pour lui, cela ne faisait aucun doute ; il fallait que son rêve devienne réalité.

Il se précipita rencontrer celle qui exhausse tous les vœux : La fée Lune.
 

 

« Belle et merveilleuse petite fée Lune, pourras-tu exhausser mon souhait ? »

« Je t’écoute petit chat » dit la fée.

« Je voudrais pouvoir donner de la joie et du bonheur à tous les enfants, rien qu’en les touchant, et qu’ils le gardent pendant toutes leur vie, pour qu’ils soient tout le temps de bonne humeur » Supplie le petit chat.

« Malheureusement » Répond la fée, « Je n’ai pas assez de pouvoir et de puissance pour générer autant d’Amour, je ne suis qu’une fée. Je ne peux pas exhausser ton souhait, je suis vraiment désolé, petit chat ! ».

  

 

Le petit chat, tout triste, repartis avec la conviction qu’il trouverait bien une solution pour protéger les enfants.

Il s’endormi de nouveau dans l’espoir de refaire ce merveilleux rêve.

 

Quand il se réveilla, ses moustaches frissonnèrent encore plus d’émotion, son petit cœur rayonnait de bonheur, car deux petites ailes lui avaient poussées dans le dos.

Il allait enfin pouvoir réaliser son plus beau rêve, protéger les enfants de se fléau que l’on appel la tristesse et la mauvaise humeur.

 

Aujourd’hui encore, il est toujours l’ange gardien des enfants, et c’est certainement l’un des anges les plus puissant de l’univers, car existe-il une énergie plus forte que l’amour ?

 

 


Feng Shui : Une connaissance oubliée

En chine, certaines philosophies ancestrales ont été conservées et sont encore utilisées à notre époque, dans leur vie moderne et même dans leur milieu professionnel. Pour beaucoup, ces techniques flirtent avec l’ésotérisme ou les remèdes de grand-mère. La plus part du temps l’origine de ces traditions est très ancienne, mais inconnue. Elles se sont transmises de générations en générations depuis la nuit des temps. Ce qui est dommage, c’est que ce sont seulement les instructions d’utilisation qui ont traversé les ages (avec toutes les transformations que l’on peut imaginer), mais pas le pourquoi et le comment çà marche. Et c’est pour cela que la science les rejètent, en plus du fait que les scientifiques n’admettent pas que nos lointains ancêtres pourraient nous apprendre des choses.

C’est le cas pour le i-ching ou le Feng shui.

L'art du Feng-shui

Le Feng shui commence à être connu, ou plutôt commence à être redécouvert.

Le but du Feng shui est d’harmoniser l’énergie environnementale d’un lieu de manière à favoriser la santé, le bien-être et la prospérité de ses occupants

 

Le principe de cette philosophie est basé sur le fait que toutes les formes vivantes ou non, émettent des ondes ou énergies, qui nous influencent dans notre vie quotidienne.

Par exemple, l’angle aigu que forme un objet, propage au-delà de sa forme elle-même, une onde aigu, qui peut-être perçut inconsciemment par les énergies subtiles du corps humain, et pouvant du coup, faire apparaître des sentiments de gênes.

Tout tourne autour de la maîtrise de ces courants, et des vibrations synchrones ou asynchrones, qu’elles provoquent avec son environnement. On peut donc organiser, en théorie, ses propres lieux de vie, de telle façon que les vibrations soient harmonieuses.

 

Tout ceci peut être rapproché d’une autre philosophie, celle des Celtiques. La seule différences est qu’ils pensaient maîtriser les énergies de la nature et de la terre ; les courants telluriques.

Eux-mêmes l’ont appris de leurs ancêtres, les bâtisseurs des fameux sites mégalithiques, avec leurs menhirs et leurs dolmens.

Curieusement, et contrairement à ce qu’on pourrait penser, on retrouve des sites mégalithiques partout dans le monde, et notamment en chine, sur l’île de Taiwan, les spécialistes officiels du Feng shui de notre époque.

Les égyptiens et les mayas orientaient également leurs temples en fonctions des courants naturels ; ceux du cosmos.

 

Une chose est sur, les anciennes civilisations du monde entier avaient l’air de maîtriser une technique que nous avons presque totalement oubliée.

 

Et si tout était baigné dans un océan d’énergies subtiles interconnecté, venant de l’espace, de la terre, de chaque être vivant, des édifices, des objets, et du cœur de la matière, dans les profondeurs subatomiques.

Les chinois appellent cela le Qi (Voir article : Quand la science rejoint le paranormal !)


Le hasard : le joker des scientifiques !

Que le hasard est bien commode parfois ! On dit souvent que le hasard fait bien les choses, d’ailleurs, dans notre vie quotidienne, beaucoup de décisions ont le parfum du hasard. Et à y regarder de plus près, nous nous apercevons que toute notre vie est construite, pas à pas sur des minuscules choses qui s’enchaînent, se développe, et forme un évènement exceptionnel qui restera gravé à jamais dans notre vie, et peut être dans les autres.

Une succession d’évènement qui se croises et s’entre choc, que personne ne peut prévoir.

Et si le hasard n’existait pas ! Et si le hasard n’était qu’un Joker dans toutes les situations où nous n’avons pas de maîtrise ! Et si le hasard était une forme de croyance instinctive, inconsciente et innée qui nous inciterait à croire sans que nous nous en rendions compte, en une puissance qui aurait la maîtrise de tout, et qui contrôlerait nos destins. Une sorte de dieu, en quelque sorte.

 

Nous serions tous croyant, sans le savoir ? N’oublions pas, quand même que plus de 80% de la population mondiale croit en un dieu, ou une forme de dieu.

 

Le plus flagrant est dans la communauté scientifique ! Dès qu’on ne peu plus expliquer quelque chose scientifiquement, les scientifiques sont les premiers à faire intervenir le hasard, c’est bien pratique, mais parfois complètement incohérent sur le plan de la logique.

 

Le top des tops, c’est l’apparition de la vie sur terre.

 

D’après la version officielle, la vie serait apparue il y a entre 3,5 et 3,8 milliards d’années, dans une soupe moléculaire primaire qui ce serait formé par un heureux hasard, des mélanges et croissements chaotiques.

De là, la première cellule aurait vue le jour. Cette proto cellule aurait engendrée, toujours pas hasard, les 2 cellules primaires types, en parfaite symbiose, l’une consommant de l’oxygène et produisant du gaz carbonique, et l’autre, consommant du gaz carbonique et produisant de l’oxygène.

 

D’une façon évidente, nous savons que la proto cellule possédait déjà le codage ADN, qui n’a pas tellement évolué depuis, et qui renferme en quelque sorte tout le plan de construction de la vie.

 

L’apparition du codage ADN est beaucoup plus mystérieux et demande infiniment plus d’effort d’évolution que le développement de la proto cellule en être humain, par sélection naturelle.

 

Si on tient compte de la chronologie de déroulement du plan de développement de la mise au point du codage ADN, on remonte bien avant la formation du système solaire et même de l’univers.

En effet, la pourcentage de chance pour que le codage ADN soit le fruit du hasard est équivaudrait à la création d’un Boeing 747 (avec tous ses équipements) créé par une tornade dans un atelier de ferraillerie. Le hasard à quelque part ses limites.

 

Tout çà prouve certaines choses ; la vie, en tout cas l’ADN qui produit la vie, n’a pas été créée sur terre, nous sommes tous d’origine extraterrestre.

En fait, il y a très peu de place pour le hasard dans notre monde, seulement des choses qui échappent à notre compréhension.