Articles tagués “Bible

Les racines de nos souffrances

Les racines de nos souffrances - Olivier Fargin
***
(suite…)

Publicités

Retour du pouvoir féminin

Les temps changent, ainsi que les mentalités. La position des femmes dans la société en est un exemple flagrant. Il faut dire qu’elles reviennent de bien loin.

 

En effet, il n’y a pas si longtemps que çà, seuls les hommes avaient de droit de voter, ayant soient disant une plus grande compréhension et intelligence politique. Dans certains pays, même encore à notre époque, les femmes n’ont pas le droit de rentrer dans un lieu de culte religieux. Seuls les hommes ont le droit d’avoir une spiritualité. Dans ces mêmes pays, on peut les vendre ou en faire des esclaves.
 
 
 
 

 

Encore de nos jours, on accepte beaucoup plus facilement qu’un homme ait plusieurs femmes, plutôt que l’inverse. Pour un homme, on dira que çà montre sa grande virilité et son énergie, mais pour une femme, on parlera d’elle comme une prostituée ou le diable en personne.

 

La valeur des femmes a très longtemps été considérée comme largement inférieure à celle de l’homme.

 

Comment un comportement collectif et organisé, aussi misogyne, sectaire et dominateur, a pu perdurer aussi longtemps et surtout pourquoi ?

 

La source de tout çà, nous conduit tout naturellement à la religion et tout particulièrement au Christianisme. Le péché originel d’Eve dans la bible, est dans les mémoires collectives du monde entier.

 

 

 
 

 

On a quand même du mal à imaginer qu’une texte, aussi sacré soit-il, est pu influencer à ce point toute l’humanité, et la plus part des autres religions, pendant des centaines d’années, jusqu’à nos jours, et encore aujourd’hui.

La logique voudrait que ce courant planétaire ait certainement été renforcé par une autre volonté beaucoup plus ancienne et encore plus profonde, surtout que l’on explique très difficilement se revirement brutal de l’opinion de la femme.

 

Si on remonte le temps, bien avant les débuts de la mise en place du Christianisme, on s’aperçoit qu’il y a beaucoup de divinités féminines et en relation très étroite avec le culte de la déesse mère.

D’ailleurs, presque toutes les grandes mythologies connues, Grecque, Egyptienne, Sumérienne, Indienne et Asiatique, présentent une assemblée de plusieurs « Dieux et Déesses », contrairement au Christianisme qui ne reconnaît qu’un seul et unique « Dieu ».

Il y a bien eu quelques tentatives en Egypte, notamment avec Akhenaton, pour promouvoir qu’un seul « Dieu », mais son culte n’aura duré que le temps de son règne et le pouvoir des multi divinités d’Amon a très vite repris le dessus.

 

 

 
 

 

Cependant, le culte de la déesse mère se retrouve timidement dans la religion Chrétienne, avec la Vierge Marie. Probablement un vestige de l’adoration à la déesse mère.

 

 

 

 
 

 

On sait que pendant la déportation à Babylone par Nabuchodonosor, les juifs, qui ont séjournés de nombreuses années en Mésopotamie, se sont largement inspirés des traditions et de la mythologie d’origine Sumérienne, avant de rédiger la première version de la bible. Cependant, ils ont pris soin d’écarter l’importance des déesses et de leurs influences.

Il ne faut pas oublier que « Elohim » qui se traduit généralement par « Dieu », signifie en fait « Divinités féminines » en hébreux.

Les juifs déportés auraient-ils été tous misogynes ?

 

 

 

 

Biensur, pourquoi ne pas admettre que le Christianisme est une religion plus évoluée que tous les autres cultes avant lui, et pour cela, qu’il paraît nécessaire de transformer les anciennes croyances, sauvages, décadentes et rétrogrades, vers une nouvelle sagesse et vérité, ou l’amour du prochain sauvera l’humanité, grâce au « Dieu » unique et universel.

 

Mais, quand on voit ce que les femmes ont subit depuis, (sans parler des guerres, conflits et massacres organisés au nom de cette sagesse, afin d’imposer une seule vision des choses) on pourrait en douter fortement. On pourrait même évoquer sans trop exagérer, que tout cela ressemble à un acharnement, voir un complot contre le pouvoir féminin.

 

Aujourd’hui, plus les religions perdent du terrain, et la confiance des peuples, plus les femmes reprendront leur place légitime et égalitaire auprès des hommes.

La tendance risque même de s’inverser, car la féminité est beaucoup plus subtile et compatible avec les évolutions de notre époque et du futur.

 

En effet, la fin de l’ère industrielle de masse du 20ème siècle marque également la fin du management patriarcal, machiste et autoritaire. Diriger une entreprise à notre époque, et encore plus dans le futur, demande de la finesse, de la diplomatie, beaucoup de communication, de l’écoute, une approche collective et égalitaire, une mécanique intellectuelle rigoureuse, de la sensibilité et de l’empathie, ce que les femmes ont plus que les hommes.

 

Les créateurs de la bible avaient peut être finalement anticipés le potentiel extraordinaire des femmes, et avaient trop peur qu’elles prennent un jour le pouvoir !

 

Mais de toute évidence, le futur sera féminin ou ne sera pas !